Cora, jeune esclave vit dans la Géorgie d’avant la guerre de Sécession. Abandonnée par sa mère alors qu’elle n’avait que 10 ans, elle survit dans cet univers impitoyable qu’est la plantation de coton des Randall. Mabel, sa mère, a fui, elle n’a jamais été capturée. Pour tous, Mabel est celle qui a réussi à s’enfuir  ce qui confère à Cora une réputation de « porter chance ». Cora n’en a que faire trop affairée à  rester en vie, chaque jour étant un combat. Jusqu’au jour au Caesar, esclave depuis peu dans cette plantation, lui propose de s’enfuir, alors Cora fuit, malgré le péril que cela représente. Elle fuit vers les états libres du nord. Nous la suivons sur ces routes, ces chemins de tous les dangers de la Caroline du Sud  à L’Indiana en passant par le Tennessee. Pourchassée, traquée elle fera tout pour conquérir sa liberté et sera aidée par ce réseau clandestin d’aide aux esclaves imagé, dans ce récit, par cette voie de chemin de fer souterraine.

 

Laurent vit dans une petite ville de province. C’est un père de famille sans histoire, qui semble former un couple heureux avec sa femme Solange. Seulement Laurent a un secret. Il aime se travestir en femme. Non, Laurent est une femme, et il aimerait que ses proches le comprennent.

Hadley, Fife, Martha et Marie, quatre femmes qui se passionnent toutes pour le même homme Ernest Hemingway, l’une chassant l’autre.

Avec des caractères différents ces portraits féminins nous révèlent un autre regard sur cet homme brillant, séduisant, dont les noires pensées, l’orgueil et les démons de l’alcoolisme le rendent irrésistible appuyant sur la corde sensible de chacune de ces femmes.  A travers elles, on découvre un « colosse aux pieds d’argile ».

Un trekking en Tasmanie pour renouer avec sa fille, bonne ou mauvaise idée ?

Sophie est une adolescente de quinze ans, en pleine rébellion contre sa mère Sandy qui l’élève seule depuis toujours. Lorsque son père Rick refait surface dans sa vie, Sophie est enchantée, et elle accepte de partir avec lui pour un trekking en Tasmanie.